Vous êtes ici

Portrait d’Alice Milliat, militante du sport féminin

Portrait d’Alice Milliat, militante du sport féminin

Alice Milliat (1884-1957) dont le nom est aujourd’hui gravé sur le fronton d’un gymnase du 14ème arrondissement de Paris est l’une des figures mal connues de l’histoire du sport en France. Nageuse, hockeyeuse, rameuse, elle a été au début du XXe siècle l’apôtre du sport « pour et par » les femmes. 

Elle fut notamment fondatrice de la Fédération des sociétés féminines sportives de France (1917) et présidente de Fémina-Sport (premier club sportif féminin français, fondé en 1917). L’activité d’Alice Milliat pour la promotion et la reconnaissance de la pratique sportive féminine s’étend dans le monde entier puisqu'elle oeuvra également dans l’organisation de quatre olympiades pendant l’entre-deux-guerres et dans la création de la Fédération sportive féminine internationale.

Près de 100 ans plus tard, elle est toujours considérée comme l’une des principales forces inspiratrices du développement du sport féminin qui apparu durant la Première Guerre mondiale. A l'occasion de la journée internationale du droit des femmes, le Musée National du Sport (qui a attribué son nom à l'un de ses espaces pédagogiques) souhaitait lui rendre hommage.