Vous êtes ici

Un objet, une histoire !

Un objet, une histoire !

Le dossard d'Alain Mimoun

Chaque mois, nous vous proposons de découvrir l'histoire d'un objet choisi parmi les immenses collections du Musée National du Sport. Pour cette première, nous vous proposons de revivre la fabuleuse victoire d'Alain Mimoun aux Jeux Olympiques de 1956 à travers son dossard.

Dossard d'Alain Mimoun 
Coton jersey
1956
Coll. MNS, inv. 65.37.3

Le 1er décembre 1956, aux Jeux Olympiques de Melbourne, portant le dossard 13, dans la fournaise d’un été brûlant de l’hémisphère sud, Mimoun remporte l’épreuve du marathon et surpasse tous ses adversaires, surtout son grand rival Emil Zatopek. Une légende annonçait que tous les 28 ans, un Français remporterait un titre olympique au marathon. Après Théato en 1900 à Paris, El Ouafi à Amsterdam, Mimoun confirme. Sa victoire fut un triomphe. Une somptueuse ode au courage et à la persévérance. A 36 ans, Mimoun sait que c’est certainement sa dernière chance de décrocher l’or. En conquérant, il décide de faire la course en tête dès le début. La chaleur ne l’effraie guère ; il souffre mais assure une foulée régulière et constante. Au 20ème km, il vire en tête devant le Yougoslave Mihalic, le Finlandais Karvonen, les Soviétiques Filine et Ivanov et l’Américain Kelly. Mais où est Emil ?

Après 30 km, il subit un coup de fatigue, sa foulée se raccourcit. Les trois kilomètres de fin sont un enfer. Il faut trouver au plus vite les ressources pour ne point sombrer dans la peur du retour des poursuivants et ce diable d’Emil Zatopek, peut-être qu’il cache son jeu pour surgir tel un éclair ?

A 17h47 précises, Mimoun, seul, débouche du tunnel et entre dans le stade sous l’ovation de 100 000 spectateurs. Plus que 300m et il est champion olympique ! Son visage est marqué par la douleur, aucune lueur de bonheur ne transparait : il faut terminer et savourer ensuite. Finalement, l'objectif est atteint, Mimoun est champion olympique. Une seule chose le préoccupe après sa victoire: "où est Emil ?" Le maître tchèque termine à la sixième place.

Mimoun rentre dans la légende des grands et inoubliables champions.  

Texte rédigé par Claude Boli 

La victoire d'Alain Mimoun relatée dans le catalogue de l'exposition permanente du Musée National du Sport